Croire aux rabbins ou croire en Dieu ? Il est temps de choisir

Mordéchaï Elon

Mercredi 7 Aout 2013, le Rav Mordechaï Elon a été reconnu coupable d’abus sexuels sur mineurs et d’abus de pouvoir. L’affaire avait débuté il y a trois ans, lorsqu’un forum composé de rabbins et de personnalités publiques du monde religieux-sioniste avait émis plusieurs sévères accusations contre Elon.

Rabbin extrêmement charismatique, Mordechaï Elon attirait des foules de jeunes à ses cours. Ce fut un choc pour eux de découvrir qu’un forum composé des plus célèbres rabbins du monde religieux-sioniste accusait Elon d’actes terribles, qui plus est sur ses propres élèves, et par abus de pouvoir.

 

Et pourtant… malgré la condamnation, certains se sont précipités voir Elon pour l’assurer de leur fidélité absolue. La presse s’est empressée de s’emparer des images des élèves enlaçant leur maître alors que celui-ci venait justement d »être condamné pour des cas ayant commencé par d’ “innocentes” enlaçades. C’est à se demander s’il existe un moyen pour faire admettre à ses élèves que derrière le maître aimé se cache un agresseur dangereux.

 

Cette affaire extrêmement médiatisée doit faire réfléchir et amener le public religieux à plusieurs conclusions. Emmanuel Bloch a déjà publié un très bon statut facebook (visible ici) invitant les gens à admettre la présence non négligeable d’agresseurs sexuels dans le monde rabbinique en rappelant qu’étouffer ce genre d’affaires revient à achever les victimes déjà largement traumatisées.

 

Je voudrais personnellement aborder un autre point : les limites et dangers de l’infaillibilité que l’on prête aux rabbins. Pour moi, le plus terrible n’est pas d’admettre la présence de rabbins pervers mais de savoir que ceux-ci peuvent agir quasi-librement tant ils sont sûrs que nul n’osera remettre en question leur présumée sainteté. Comme l’a écrit Emmanuel Bloch : “ Que fait-on lorsque c’est la parole d’un jeune ba’hour yeshiva de 15 ou 18 ans, face à celle du Rosh Yeshiva, immensément respecté dans sa communauté ??? On punit la victime pour oser dire du lachon harah (de la médisance) ???”. Autrement dit, se taire, refuser de “dire du mal” parce qu’après tout il s’agit d’un rabbin, c’est collaborer directement.

 

 

Ô combien il est étonnant de constater à quel point le monde religieux s’est éloigné du message pourtant clair de la Torah. Je fais allusion au 13e chapitre du Deutéronome, que je vous invite à lire entièrement en hebreu ou français.

 

De quoi s’agit-il ? D’un prophète faiseur de miracles. Pour l’époque biblique, cela équivaut largement à ce que nous nommerions aujourd’hui un “Grand de la génération” (gadol), mais avec les miracles en plus. Et voilà que ce prophète, qui aurait prouvé sa prophétie en faisant un miracle explicite, appelle les gens à transgresser un interdit de la Torah. Évidement, il n’est pas fou et on suppose qu’il ne lance pas cet appel sans une large justification religieuse. Pourrait-on reprocher au fidèle, simple mortel, de croire le saint prophète faiseur de miracles ? Oui, répond la Torah. Oui, car chaque juif et juive est doté de sa propre intelligence et de ses propres capacités de discernement. Il ne peut pas se cacher derrière la figure du prophète pour justifier un interdit.

 

D’aucun objecteront que la Torah elle-même nous appelle à écouter fidèlement les sages, sans mettre en doute leurs paroles. Je fais allusion à l’interprétation donnée par Rashi sur le verset : “ Selon la doctrine qu’ils t’enseigneront, selon la règle qu’ils t’indiqueront, tu procéderas; ne t’écarte de ce qu’ils t’auront dit ni à droite ni à gauche1, ce à quoi Rashi commente : “A droite ni à gauche Même s’il te présente la droite comme étant la gauche et la gauche comme étant la droite, et à plus forte raison s’il te dit de la droite qu’elle est la droite et de la gauche qu’elle est la gauche.2.

 

J’aurais beaucoup à dire sur cette interprétation. Contentons nous de dire que le Talmud de Jérusalem3 donne une lecture strictement contraire à celle de Rashi, que le Gaon de Vilna corrige la version du Midrash4 ayant apparemment inspiré Rashi et que la plupart des exégètes considèrent que dans tous les cas, ce verset ne parle que du grand Sanhedrin de Jérusalem5.

Mais même pour ceux adhérant à la vision extrême, il est clair que cette confiance presque-absolue s’arrête dès qu’un interdit est enfreint. Rashi lui même ne pourrait contredire le Talmud qui nous rappelle constamment que “entre les paroles du maître et de son élève, qui écoute t-on ?6, formule poétique pour nous rappeler qu’avant de craindre les sages, nous devons surtout craindre Dieu.

 

Or c’est bien le problème, le religieux lambda ne craint plus Dieu, il craint son rabbin. Ce rabbin, aussi saint soit-il, reste au grand maximum l’élève de Dieu et c’est bien le Maître qu’il faut craindre…

À bien des égards, cette digression de Dieu au rabbin me rappelle l’interprétation que donne Maïmonide de la naissance de l’idolâtrie7. Pour lui, celle-ci naquit d’une erreur. Craignant de servir directement Dieu, les hommes préfèrent le servir indirectement à travers ses serviteurs, les astres et la Nature. En quelques générations, ils avaient oublié Dieu et servaient les astres comme de vrais dieux.

 

Je ne doute pas un instant des bonnes intentions des juifs accordant une confiance débordante aux rabbins, mais cette confiance, si elle n’est pas accompagnée d’une bonne dose d’esprit critique, est dangereuse et anti-juive.

 

Après nous avoir demandé de fuir les prophètes impies, la Torah nous rappelle la seule et unique voix que nous devons suivre :

C’est l’Éternel, votre Dieu, qu’il faut suivre, c’est lui que vous devez craindre; vous n’observerez que ses préceptes, n’obéirez qu’à sa voix; à lui votre culte, à lui votre attachement!8

Ce verset rythmé met en exergue le pronom personnel désignant Dieu, par opposition aux prophètes, qu’on ne suit que si leur message ne contredit pas celui de Dieu. C’est lui qu’il faut craindre et aimer, lui qu’il faut écouter, et c’est à sa loi que nous devons adhérer.

 

Deuxième et dernier point : en faisant des rabbins des êtres qui ne fautent pas, nous avons encore une fois pervertit le message de la Torah, qui nous raconte sans états d’âmes les fautes des grandes figures bibliques. Nous avons perverti le message du Talmud qui nous livre lui aussi un panel de fautes réalisées par les sages. Ce “déballage” avait justement pour but de nous amener à une réflexion sur la nature humaine et sur le fait que nulle figure autre que Dieu n’est réellement sainte et parfaite. Rav Yaakov Medan, qui dirige la Yeshivat Har Etzion, a tenu les propos suivants après l’affaire Elon :

 

Les sages nous racontent les fautes de Moïse, et il en avait plus d‘une. Nous connaissons également les fautes d’Abraham et de Jacob. Pourtant, nous ne connaissons pas la moindre faute [commise par] Rabbi Akiva Eiger (18e siècle) ou par le Hazon Ish (20e siècle).

À une époque, il n’y a pas très longtemps, les maisons d’études ont commencé à croire que les grands érudits n’ont pas de mauvais penchant, que tous leurs actes sont parfaits, et que si certains nous étonnent, c’est que nous sommes nous-même manquants.

La Torah nous apprend à nous confronter à un échec et à le corriger. Elle nous apprend que nous ne pouvons être dispensé d’un combat quotidien et épuisant avec nos passions, et cela, quel que soit notre niveau d’érudition ou de crainte de Dieu.

Moi même, Rosh Yeshiva dont l’occupation quotidienne est la Torah et la crainte du Ciel, je vous le dis officiellement : il n’y a pas un jour où je suis dispensé d’une guerre contre mon mauvais penchant, qui m’attire de nombreuses façons, et ce n’est pas toujours moi qui gagne”.9

 

 

1Deut. 17:11

2Rashi sur ibid.

3T.J Horayot 1:1

4Voir les annotations du Gra sur Sifri, shoftim, 154

5Voir entre autres Maimonide, Mishné Torah, hilchot mamrim, 1:1 et R. Yehouda Halevy, Kouzari, 3:39

6Par ex. Dans Baba Kama 56a et Kidoushin 42b

7Maïmonide, Mishné Torah, hilchot ovdei kohavim 1:1

8Deut. 13:5

9Pour lire le discours complet (en hébreu) : http://www.etzion.org.il/dk/5770/1214maamar1.html

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Billets relatifs

10 thoughts on “Croire aux rabbins ou croire en Dieu ? Il est temps de choisir

  1. Oui, effectivement, le monde va mal, très mal, super super super mal sur le plan moral/éthique et su le plan sexuel !!!
    Nous sommes en train de sombrer (et le mot n’est pas trop fort, bien au contraire!!!) dans une pourriture sexuelle sans nom, sans nom!!! Ainsi que dans une immoralité / amoralité sans nom, sans nom !!!
    L’on pourrait penser que des gens qui marchent dans la voix de Hakadoch Baroukh Hou sont préservés plus que d’autres des tentations, de la chute, sont plus moraux… Or nous voyons ces dernières années une immoralité sexuelle (mais pas que) grandissante dans le monde et le monde Orthodoxe n’y échape malheureusement pas, il ne faut pas se voiler la face et se rendre complice en fermant les yeux !!!

    Avant d’aller plus loin, je tiens à mettre les points sur les i : je ne suis pas un anti monde orthodoxe, bien au contraire !!!!!! Bien au contraire!
    Je suis un juif croyant et pratiquant pro monde orthodoxe !!!

    Toutefois, lorsque certains au sein du monde orthodoxe commettent des fautes lourdes comme la pédophilie (100 orthodoxes arrêtés par la police de New-York il y a peu pour acte de pédophilie…), l’abus de biens sociaux, de la violence sur leur femme ou autre, de l’abus de faiblesse et ou de pouvoir (un Roch Yechiva qui est craint, respecté, adulé dans sa communauté, face à un Baroukh Yechiva qui l’accuse…Un mari qui refuse de donner le Guet…)… Il faut les condamner et ne pas cautionner leur délit en fermant les yeux, en criant au complot antisémite ou anti religieux, c’est ajouter une faute à la faute!!!

    Ce qui me dérange et me trouble c’est le déni de réalité du monde orthodoxe et la faute ultra lourde du monde orthodoxe qui cautionne en fermant les yeux…

    Si je ferme les yeux sur la faute d’un parent, ami, femme, enfant ou encore d’une connaissance : ne suis-je pas condamnable du point de vue de la morale et de la justice ??? Bien sur que oui !!!!

    N’est-il pas demander au juif lorsqu’il voit son frère juif faire une faute de le prévenir de faire une faute plutôt que de détourner son regard et de s’en laver las mains…

    Certes, ces rabbins, Roch Yechiva ayant ainsi lourdement fauté ne sont pas représentatifs d’un monde orthodoxe pourri jusqu’à l’os dans sa majorité, non, mais je peux me tromper et si tel était le cas, je n’aurais aucun mal à le reconnaitre, aussi douloureux que cela soit !
    Ce sont pour certains des rabbins / Roch Yechiva prestigieux, mais ils ne sont qu’une minorité (même à 20%-30% cela reste une minorité face aux 70%- 80% en imaginant qu’il y ait 20 à 30% de fauteurs lourds (pédophilie-agression sexuelle, violence, abus de bien social, abus de pouvoir ou faiblesse…) ce que je ne crois pas, je pense plus à 10-15% (ce qui serait déjà beaucoup !) et pas tous pour des faits aussi lourds que pédophilie, agression sexuelle ou violence physique quand à la violence psychologique, je pense que c’est ce qui est le plus rependu avec des maris qui ne veulent pas donner le guet à leur femme, un réel problème dans le monde orthodoxe et pas qu’en Israël…)

    Voici ci-dessous ce qui me dérange clairement, me trouble et me fait mal à ma Emouna :

    1. Le silence-caution du monde pratiquant, orthodoxe et ultra orthodoxe dans sa majorité, à condamner clairement ces autorités rabbiniques, ces Roch Yechiva/orthodoxes qui ont fauté… C’est peut-être dur ce que je vais dire aussi si je peine quelqu’un par mes propos : méhila ! Toutefois, il est temps de le dire !!! Se taire, fermer les yeux sur de telles agissements c’est être coupable de caution, c’est agir comme dans le monde mafieux qui pratique la loi d’omerta/loi du silence… C’est dit.
    C’est ajouter la faute à la faute !!!

    2. Le Silence, l’absence de condamnation des Grands Noms du Judaïsme orthodoxe, les Guedolim (pour lesquels j’ai un profond respect et une profonde éstime/considération !!!)… Ont-ils peur de leur communauté qui elles, ne veulent pas de condamnation et encore moins de condamnations publiques,à l’encontre de ces autorités rabbiniques/Roch Yechiva, orthodoxes-ultra orthodoxes là…Qui ont lourdement fauté ???
    Comment comprendre que les Grands noms (Guedolim) du Judaïsme orthodoxe soient silencieux, un silence incompréhensible de chez incompréhensible !!!! ???

    Nos prophètes n’ont-ils pas rappelé à l’ordre publiquement et sévèrement le peuple d’Israël ???
    D. lui-même n’a-t-il pas déjà sermonné ultra sévèrement le peuple d’Israël dans la Paracha que nous allons lire Chabbath dans deux semaines, Paracha Ki Tavo chapitre 28 : 98 malédictions de la part de D. sur toutes personne ne marchant pas dans ses voix (voix de D.)

    Je suis en attente d’entendre ou lire ou les deux, au moins un des Grands noms (Guedolim) du Clal Israël, taper enfin enfin enfin du poing sur la table, tel rabbi Chimone Bar Yochaï (Zatsal !) qui, en sortant de la grotte avec son fils et voyants ses contemporains se conduire de façon immorale, les brula de ses yeux, sans pouvoir refréner une sincère très forte et très profonde colère venue du plus profond de son EMET… Taper du poing sur la table et rappeler le monde orthodoxe à la raison/ Chemin de la Torah et excommunier les fauteurs (à moins qu’ils fassent une Bé Emet Techouva, une Techouva halahiquement digne de ce nom), quel que soit leur pouvoir ou mérite religieux : zrout supposé!
    Le prophète Nathan n’a pas eut peur de sermonner avec une force non descriptible, un roi et pas n’importe quel roi : le roi David (Zatsal !) Alors quel rabbin/Roch Yechiva/juif orthodoxe-ultra orthodoxe est au niveau du roi David concernant le pouvoir, la renommée, la position sociale et bien entendu le Zrout/la Tsidkout pour intimider les Guedolim du Klal Israêl et les forcer au silence ??? Quand le prophète Nathan ne fut pas l’ombre de l’ombre d’une seconde intimidé ?????

    Il faut purger le monde orthodoxe de ces hommes de Dieu qui font douter de D.
    Moi, bien que cela me fasse très mal, je ne tremble pas dans ma foi/Emouna, mais quelqu’un de plus fragile, de moins croyant ou connecté avec D., il pourrait s’éffondrer, tout plaquer, devenir anti juif pratiquant même un minimum de chez minimum pratiquant !!!
    C’est ce qui s’est passé avec la Shoah où des milliers de juifs et juives pratiquants/pratiquantes n’ayant pas compris le Silence de D., ont quitté leur pratique juive et sont devenus Athées, va-t-on revivre cela avec le silence des Guédolim du Klal Israël et du monde orthodoxes qui ne condamnent pas ces rabbins, Roch Yechiva, orthodoxes, ultra orthodoxes délinquants (et quand il s’agit de pédophilie, c’est une faute/saloperie sans nom, sans nom !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!) silence incompris (et incompréhensible) par des juifs et juives pratiquants/pratiquantes/croyants/croyantes qui pourraient ainsi être poussé à l’extérieur d’une pratique juive religieuse, vers l’Athéisme ou du moins vers ses côtes…

    Brisons le silence et retrouvons D.

    Par avance Hag saméah, bonnes fêtes de Tichri à tous et toutes du clal Israêl dans le monde !

    1. Je suis vraiment content d’avoir trouvé ce blog, en fait j’utilisai la même analyse et les mêmes exemples lors de discussions sur ces sujets avec mes proches (J’ai été et je suis certainement encore un fervent admirateur pour les commentaires du « rav » Mordehaï Elon mais mon respect ne peut et ne doit pas être de la dévotion).

      Je voudrai partager une petite réflexion qui pourrait être jugée comme blasphématoire, j’habite à Tibériade et je passe donc souvent devant la tombe du Rambam (en allant au ministère de l’intérieur ou à la sécurité social « c’est quand même dingue ce pays! ») et comme cela est bien connu il y est inscrit l’épitaphe célèbre : « de Moshé jusqu’à Moshé n’est plus paru un autre Moshé » faisant référence à la conclusion de la Tora quand à la vie de Moshé Rabenou : « Il n’est plus paru en Israël un prophète tel que Moshé… »
      Je ne peux m’empêcher de me poser la question, s’il est clair que c’est un magnifique hommage à ce commentateur génial, n’y a il pas aussi possibilité de dérive justement sur un caractère « blasphématoire », bien que je n’aime pas ce terme utilisé trop souvent comme prétexte pour imposer un système de penser coercitif. Pour être concis D’ nous dit lui même dans la Tora écrite sans grande possibilité d’exégèse contradictoire dans ce cas, Mohé Rabenou est un cas à part, il n’y en aura pas d’autre, il en fait même la conclusion de la Tora et comme nous le savons, la somme de commentaires concernant la grandeur et la sagesse de Moshé Rabenou est aussi symbolique que le fait que nous ignorons l’emplacement de sa sépulture afin d’éviter que nous lui consacrions un culte comme certains commentaires le suggère.
      Ce cas est bien sur extrême de par la grandeur du maître et de celle de l’élève, sans remettre en question bien sur (halila) la grandeur du Rambam ni même d’ailleurs la considération exprimé par l’épitaphe, je croie qu’il y a matière à réflexion sur notre comportement sociaux culturel face à nos guides spirituel.

      Dernièrement et ce n’est pas la première fois, j’ai eu une de ces innombrables discussions avec l’un de mes nombreux collègues, non pratiquant et ayant une certaine aigreur vis à vis du monde orthodoxe, il reprochait (le mot est très faible et peu représentatif de l’état d’esprit de la personne) à certains leurs prises de positions extrême et surtout les nombreuse bavures verbales, je lui ai concédé que bien incapable de défendre la position de ses Rabbanim et partageant sur de nombreux points sa position, j’étais tout de même très mal à l’aise et prompt à m’auto-censuré et que cela représente un problème dans les fondements même de l’éducation et de la pédagogie religieuse aujourd’hui.

      Je ne jette pas la pierre au Rabanim mais à nous les fidèles, j’ai toujours était fier d’appartenir à la « religion » la moins dogmatique, il me semble que la base même du Judaïsme est fondé sur ce principe une Tora écrite Éternelle et omnisciente mais aussi quelques peu, c’est le moins que l’on puisse dire ésotérique, et pourtant cette Tora écrite considéré comme vérité suprême est immédiatement modéré par la Tora orale, et pour prendre deux exemple significatifs, l’une concernant les rapport sociaux les plus fondamentaux, la fameuse loi du talion (œil pour œil, dent pour dent) est immédiatement modéré par la Tora orale et il ne me semble pas qu’elle n’est jamais été pratiqué dans le Judaisme, de même les règles de rituels sont aussi « modéré » par la Tora orale, n’a t’on pas extrapolé les innombrables lois de kacheroute du « tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère ». Cette association de vérité ultime de la Tora écrite et d’effervescence intellectuelle
      par la Tora orale est une véritable preuve que la Tora est véritablement intemporel et éternelle, à condition que nous ne la figions pas.

      Après deux mille ans de Galout et après avoir perdu la prophétie, il apparaît comme assez naturel que comme écrit dans l’article, nous nous cherchions de nouveaux prophètes et finalement si notre Tora est un rempart contre le dogmatisme et le fanatisme, c’est finalement nos Rabbanim que nous avons dogmatisé en substituant le respect qui leur est du à la dévotion censé n’être consacré qu’à D’ lui même.

      PS : connaissez vous des lieux d’études orthodoxe moderne en Israël, je suis à Tibériade mais je vais passer dans le goush Dan, merci.

  2. Merci Gabriel pour ton article très instructif !

    A ton avis, est ce que le rav Elon est  »normal » ?
    Est ce que ça peut arriver a n’importe quel homme de faire une telle erreur, ou bien est ce qu’il est complètement fou, pervers et hors norme ?

    Ce qui me choque, et ce qui fait peur c’est ça. La dualité de l’être humain, dans son extrême.
    Car apparemment on PEUT être un très bon rabbin, un orateur brillant, un penseur pertinent, un altruiste éperdu d’amour pour l’humanité en général, un hassid fervent, un talmudiste chevronné etc et en même temps, vraiment en même temps, abuser sexuellement de personnes qui lui faisait confiance ?
    Comment est ce possible ? (Peu être qu’on a tendance a surestimer l’humain, alors on est choqué et déçu a chaque fois… ?).
    Qu’est ce qui peut pousser un homme a faire ça ?
    Est ce un acte de folie, insensé ? Est ce que ça a une raison logique ? Est ce que le mal qui nous habite remets en question le reste de nous même ? Est ce qu’on doit considérer l’être humain dans son entité ? Est ce qu’il perd a présent toute sa crédibilité ?
    Tout les hommes font des avérotes terribles, mais y’en a apparemment qu’il sont plus ‘politically correct » que d’autres…

    En faite, ça réveil des questions de fonds cette histoire.

    1. Bonjour Malka,

      Pour moi Rav Elon est “normal” dans le sens ou je ne crois pas que ses pulsions soient intrinsèquement plus fortes que celles d’un autre homme (même si ce ne sont pas forcément les mêmes). Ce qui est anormal chez lui, s’est probablement le fait qu’il ait nié certaines pulsions durant des décennies, et que sans surprises, celles-ci aient réapparu sous une forme bien plus violente, celle d’une agression sexuelle.

      Il est intéressant de noter que nos sages sont plus que conscients de l’existence de pulsions quasi-incontrôlables chez au moins une partie de la population. Que conseillent-ils ? Une solution assez radicale :
      והאמר רבי אלעא הזקן: אם רואה אדם שיצרו מתגבר עליו – ילך למקום שאין מכירין אותו, וילבש שחורין ויתעטף שחורין, ויעשה מה שלבו חפץ, ואל יחלל שם שמים בפרהסיא, “Si un homme voit que ses pulsions le dominent, qu’il aille dans un endroit où nul ne le connait, qu’il se vêtisse de noir et qu’il fasse ce que son cœur désire, afin qu’il ne profane pas le nom de Dieu de façon publique”. (Talmud Haguiga 16a)

      C’est un texte radical, puisqu’il admet qu’il n’existe aucune alternative : d’une façon ou d’une autre cet individu épanchera ses pulsions. La seule question est : comment réduire les dégâts ?

      Il est intéressant de noter que le monde religieux contemporain, apparemment inspiré par le catholicisme, n’enseigne jamais ce genre de textes en se convaincant qu’il ne sont pas nécessaires, car aucun “vrai” religieux ne commettrait de telles fautes…

      Ce texte appelle avant tout l’individu à accepter ses passions. Inutile de les nier, elles reviendront toujours. Il propose à l’homme de les assumer et de se livrer à un constat froid : puis-je les contrôler ou pas ? S’il ne peut pas, ce qui est une possibilité, à lui de faire en sorte de diminuer les dégâts.

      Personnellement, je pense que si Rav Elon, et d’autres à sa suite, avait assumé ses pulsions, il est probable qu’il aurait pu les contrôler. Si cela n’avait pas été le cas, il aurait continué à se conformer à ce texte et aurait trouvé un moyen moins terrible de les épancher, sans détruire la vie d’autres personnes. Par ce fait, il aurait également évité de détruire sa propre vie, celle de sa famille et celle de nombreux de ses élèves, qui le voyaient comme un maître.

      Gabriel

  3. J’adhère totalement à ce que dit l’article de Gabriel car l’Histoire de l’Humanité démontre qu’un mensonge ou un faux témoignage entraîne toujours l’assassinat (virtuel ou non) de quelqu’un.

    En effet je suis Bouddhiste et j’applique la AHIMSA c’est à dire « l’interdiction absolue de nuire d’une quelconque manière à tout ce qui vit » …Or ce commandement unique impose une rigueur absolue dans la détermination de « qui a nuit à l’autre » point barre…. Ce qui interdit d’y mêler d’autres critères.

    En conséquence il n’est pas difficile de démontrer que les personnes qui apportent leur soutien à une personne reconnue coupable d’abus sexuels, deviennent par leurs faux témoignages les complices de ses exactions ce qui dans le même temps tue virtuellement une seconde fois les victimes qui elles ne se remettront jamais de ce qu’elles ont déjà subi et de ce qu’on leur fait subir en supplément.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :