Comme je l’avais déjà annoncé sur ce blog, mon ami Yona Ghertman a lancé un site d’études juives proposant des articles détaillés et sérieux sur un panel de sujets. Je viens donc de publier sur ce site un article approfondie sur le concept de «  ». Ci-dessous, l’introduction et le lien vers l’article complet. Bonne lecture !

Le terme de « yeridate hadorote » (littéralement « le déclin des générations ») est un concept exprimant, de nos jours en tout cas, la croyance en une diminution spirituelle et/ou intellectuelle constante des nouvelles générations par rapport aux anciennes.

Si ce terme n’est pas explicitement nommé dans la littérature midrashique et talmudique, certains textes semblent y faire allusion. Mais ce n’est qu’aux alentours du Moyen-Age que commence à se forger une véritable doctrine autour de ce concept. Rashi est peut être l’un des premiers à la formuler, dans son commentaire sur le Talmud : « Les premières générations étaient meilleures et plus justes que les dernières. C’est pourquoi les temps passés étaient meilleurs que les nôtres, car les derniers ne peuvent être comme les premiers.»1

Cette affirmation est en réalité un commentaire du verset « Ne dis pas : pourquoi les jours passés étaient-ils meilleurs que ceux d’aujourd’hui ? Ce n’est pas une réflexion inspirée par la sagesse. »  (Ecclésiaste 7, 10). Pourtant, l’interprétation qu’en fait Rashi est loin d’être évidente ! A priori, le verset semble justement rejeter l’affirmation selon laquelle les anciennes générations vivaient mieux que les nouvelles. C’est d’ailleurs ainsi que de nombreux autres exégètes interprètent ce texte.2Gersonide va jusqu’à écrire : «Ne prétends pas que les jours passés étaient mieux que ceux d’aujourd’hui et que la possibilité d’atteindre la perfection [intellectuelle] était plus grande que la tienne, car c’est sans sagesse que tu demandes cela. […] Car les facultés de l’homme ne changent pas et à ce sujet on explique que leur force est [égale à] la tienne, si tu t’y appliques de façon appropriée. […] »3.

De nos jours, ce concept est perçu comme vérité révélée dans beaucoup de cercles juifs, fait qui n’est pas sans conséquence. Ainsi, si les anciennes générations étaient plus accomplies, dans quelle mesure sommes-nous en droit de remettre en cause leurs paroles ? L’autonomie de la pensée doit-elle se soumettre au dogme du passé ? Une telle lecture risquerait d’empêcher tout changement ou évolution de la loi. De plus, comme le fait remarquer Gersonide, l’homme risquerait de se complaire dans la paresse intellectuelle sous prétexte de sa petitesse, ce qui conduirait à une décadence certaine de la génération qui s’interdirait une réflexion autonome et libre.

Dans cet article, je proposerai une analyse du concept de yéridate hadorote : d’où vient-il ? Que signifie-t-il ?

Plutôt qu’une analyse thématique, je proposerai une analyse historique qui se concentrera sur trois périodes principales : l’époque talmudique, l’époque desRishonim (du Moyen-âge à la Renaissance) et l’époque des A’haronim, de la renaissance jusqu’à nos jours.

Lien vers l’article complet, cliquez ici

________________________________________

IMPORTANT : Le blog possède une page facebook. J’utilise cette page pour partager les nouveaux articles du blog mais aussi d’autres liens intéressants. J’invite tout le monde à la rejoindre en tapant « le blog modern orthodox » dans le moteur de recherche de Facebook ou en cliquant ici. N’oubliez pas de cliquer sur « Like » !

________________________________________

 

1 Rashi, commentaire sur T.B Rosh Hashanna 25b

 

2Ce sont surtout les exégètes séfarades qui s’opposent le plus frontalement à cette interprétation. Voir par exemple les commentaires d’Ibn Yehya, R. Moshé Alshikh (dvarim tovim) et Ralbag.

 

3Commentaire, Ecl. 7:10

Print Friendly