Lors de , nous lisons les versets suivants dans le rouleau d’Eih’a, Les Lamentations :

Pourquoi donc se plaindrait l’homme sa vie durant, l’homme chargé de péchés ? Examinons nos voies, scrutons-les, et retournons vers Dieu ! “1.

 

Par ces versets, le prophète nous pousse à faire notre propre introspection, non pas celle de notre voisin. Les sages du sont les premiers à avoir assimilé ce message. Dans une série de contes philosophiques, nos sages cherchent les grands coupables de la destruction de Jérusalem et de son Temple. Bien évidement, les coupables, tout le monde les connait : les romains.

Mais ceux-ci n’ont fait que détruire la pierre et le bois. Qui détruisit Jérusalem ? Les juifs. Jérusalem est “la ville de la plénitude”, la ville censée rendre les gens meilleur. Elle est la ville qui ne fut donnée à aucune tribu mais qui appartenait au peuple tout entier. Pourtant, les juifs la ravagèrent par leurs disputes intestines.

Dans un de ces contes philosophiques, les sages illustrent les haines idéologiques qui rongeaient leur société. La haine idéologique, c’est la haine gratuite. Une haine transcendante et quasi-mystique, où l’individu est rejeté non pas pour ce qu’il est mais pour ce qu’il représente.

 

En cette veille de Tishea Beav, j’aimerai relire avec vous ce récit talmudique. Nous y verrons que le message des sages est encore ô combien actuel, car les haines idéologiques n’ont toujours pas disparu du peuple juif.

 

Lien vers l’étude complète – Cliquez ici

 

 

 

1Lamentations 3:39

Print Friendly

Billets relatifs